Résumé

Lieu Suisse | Valais | Collombey
Organisme responsable Fondation La Chaloupe
Public-cible Jeunes
Setting Famille | Lieu de formation | Prisons-Foyers
Moyens Repérage | Évaluation | Soutien
Cette expérience met en avant les enjeux de la collaboration interdisciplinaire entre différents acteurs tels que le jeune lui-même, ses parents, l’équipe éducative, le domaine judiciaire, etc. Elle illustre entre autres l’importance du principe de subsidiarité et des rôles de chacun dans la collaboration entre professionnels et non-professionnels. Enfin, l’expérience permet de mettre en lumière le processus d’évaluation de la situation.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

L’adolescent est mis au centre de la démarche. Les professionnels vérifient leurs observations auprès du jeune, s’intéressent à son vécu, l’écoutent et affinent leur accompagnement en fonction de sa réalité, de ses besoins. Une dynamique relationnelle est mise en place, renforçant le pouvoir d’agir, la prise en mains de son vécu, de ses besoins, de ses objectifs et de son projet de vie par le jeune. Les éducateurs soutiennent le jeune dans la reconnaissance de son fonctionnement au quotidien et des enjeux qui se présentent à lui, favorisant ainsi une meilleure utilisation de son potentiel.

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

Croiser les différents regards y compris et surtout celui du jeune sur la situation vulnérable qu’il traverse.

En matière d’addiction, l’intérêt se porte tant sur la vie quotidienne en Foyer qu’à l’école. L’avis du jeune et des professionnels qui l’entourent est pris en compte. Cela permet notamment de tenir compte des différences de comportements des jeunes qu’ils soient à l’école ou au Foyer.

Des thématiques sont abordées avec des spécialistes (ex. des addictions, « la fourchette verte », la santé sexuelle) lors de colloque du Foyer. Cela se déroule une ou deux fois par mois avec des acteurs différents.

Il y a aussi des lits d’urgence disponibles (pour une période de 15 jours) si le Service cantonal de la Jeunesse en fait la demande.

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

C’est une récolte d’information qui s’effectue lors de l’entretien d’admission avec le jeune et les personnes de l’entourage. Cela donne un aperçu théorique et parfois une anamnèse.

Les objectifs de placement sont les négligences, les maltraitances, la vulnérabilité psychique ou psychiatrique et l’addiction du jeune lui-même ou de ses propres parents.

Le repérage concernant la consommation d’addiction se déroule avec les outils du quotidien et le journal de bord. En général, l’indicateur principal est le changement de comportement du jeune. Dans ce cas, le professionnel récolte des informations auprès d’autres acteurs (ex. école et famille). Ensuite, il en discute avec le jeune lui-même.

Si celui-ci parle directement de sa consommation, les professionnels l’écoutent, définissent la place de la consommation dans la vie du jeune, ses intentions et lui indiquent les limites légales et institutionnelles de celle-ci. Si un jeune amène des produits dans le Foyer, ils l’accompagnent. Leur objectif est de lui faire prendre conscience du problème. Si cela ne marche pas, ils informent le Tribunal des mineurs.

Il existe plusieurs filets de sécurité face à la situation vulnérable d’un jeune. Dans le cadre scolaire, c’est celui de la médiation ou de la prévention, en apprentissage, c’est le formateur en entreprise.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

À la suite à de l’entretien d’admission, il est défini ce qui doit être mis en œuvre. La Fondation n’a pas mission de traiter spécifiquement les problèmes de cannabis. Elle offre un lieu de vie et d’accompagnement global d’enfants et adolescents en difficulté, confrontés à des crises majeures. Elle n’accueille pas un jeune uniquement parce qu’il consomme beaucoup de cannabis et pour le traiter. Dans ce cas, celui-ci est dirigé vers un autre lieu. Cette réorientation est également valable pour des problèmes psychiatriques aigus et de violence répétée ou aggravée (notamment pour protéger les autres résidants, âgés de 7 à 18 ans).

La période d’évaluation se base donc sur des informations récoltées lors de l’entretien d’admission. Ensuite, elle s’effectue pendant une période d’observation globale d’un mois (comprenant sa santé, sa psychologie et sa scolarité). Puis de manière continue durant le placement, au moyen des colloques, séance de suivi thérapeutique, réseaux avec les partenaires. Cela permet de voir comment le jeune évolue dans son nouveau contexte, i.e. dans le Foyer ainsi que dans les autres systèmes.

Cette période initiale de placement ainsi que les étapes suivantes donnent la possibilité d’obtenir différents regards sur la situation du jeune. Ainsi, toute l’équipe professionnelle (une dizaine de personnes) peut apporter leur contribution. Dans le même temps, l’équipe garde le contact avec les parents, les éventuels thérapeutes et personnes significatives autorisées. Elle s’intéresse à la relation que le jeune peut avoir avec eux.

Ce mois d’observation est aussi utile pour avoir des informations sur la scolarité du jeune. Dans ce cadre, l’institution est comme un « substitut parental ». Si le jeune est en rupture scolaire, le Foyer lui propose des ateliers.

Le Foyer favorise au jeune un accès à un médecin ou psychologues référents de l’établissement.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit il entre communauté et professionnels ?

Les partenaires sont identifiés et interviennent 1 à 2 x par an pour nourrir la réflexion et favoriser la prise de contact en cas de difficultés par une meilleure connaissance mutuelle.

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

La co-évaluation, la co-construction, le travail de réseau.

Information complémentaire

Site web www.fondationlachaloupe.ch
Personne de contact lachaloupe@bluewin.ch
Document(s) à télécharger xxx

Résumé

Lieu Suisse | Delémont & Porrentruy
Organisme responsable Addiction Jura
Public-cible Jeunes
Setting Lieu de formation | Famille
Moyens Repérage | Évaluation | Soutien
Le programme ADHOC s’adresse à des adolescents qui s’interrogent sur leurs propres consommations, ainsi qu’à leurs parents ou à des professionnels qui s’inquiètent des consommations de leur fils (fille) ou d’un jeune qu’ils accompagnent.

Ce programme s’adapte en différentes étapes en fonction de la demande initiale et se décline également pour les questions d’hyperconnectivité.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

Chercher à comprendre à la fois le regard des adultes et du jeune.

Comprendre les enjeux, aider à mobiliser les ressources possibles des adultes et du jeune concerné par la potentielle situation de vulnérabilité et soutenir le retour à un équilibre.

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

Addiction Jura rencontre les parents ou les adultes concernés et cherche à remettre en avant leurs ressources et compétences, afin qu’ils puissent les reconnaître et les remobiliser au mieux. En parallèle, un bilan est réalisé avec le jeune pour l’aider à se situer et à comprendre dans quelles mesures ses consommations ou son utilisation des écrans peuvent être problématiques. En règle générale, les jeunes apprécient cet espace de paroles et d’écoute.

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

Les différentes étapes du programme permettent de définir si la situation nécessite ou non de poursuivre un accompagnement ou une prise en charge à Addiction Jura. Si tel est le cas, ce suivi s’appuie sur une orientation systémique.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

En vue de réaliser le bilan de consommation, les intervenants disposent de questionnaires qui sont avant tout utilisés comme support de discussion pour aborder le contexte de vie du jeune dans sa globalité. Parallèlement, un travail est réalisé avec les adultes de référence (parents, professionnels) et leur vision est pleinement prise en considération pour évaluer la situation du jeune en situation de vulnérabilité.

Des entretiens avec le jeune et ses parents ou d’autres adultes de référence sont menés pour favoriser les échanges entre eux.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit il entre communauté et professionnels ?

Le site internet informe sur les prestations offertes par Addiction Jura dans le cadre du travail avec les adolescents et/ou leur entourage que cela soit en matière de prévention ou d’accompagnement social.

Les liens des professionnels d’Addiction Jura avec d’autres membres du réseau socio-sanitaire jurassien leur permettent de mettre en avant le programme ADHOC.

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

Le secret professionnel et le principe de confidentialité sont assurés pour toute personne qui vient à Addiction Jura. Si le jeune et/ou les parents souhaitent que des démarches soient entreprises avec des partenaires extérieurs, cela se fait toujours en leur compagnie et en concertation avec eux.

Il arrive que certains adolescents aient des craintes de venir directement dans l’institution spécialisée. En collaboration par exemple avec l’infirmière scolaire si la demande provient de l’école, les professionnels d’Addiction Jura peuvent se rendre directement dans le lieu de formation où se trouve le jeune concerné.

Information complémentaire

Site web www.addiction-jura.ch
Personne de contact Michel Comment – michel.comment@addiction-jura.ch
Document(s) à télécharger Xxx
Close Menu