Résumé

Lieu Suisse | Valais
Organisme responsable « cool and clean », Swiss Olympic, Maison du Sport
Public-cible Jeunes
Setting Lieu de loisir
Moyens Environnement favorable
« cool and clean » est un programme national de prévention en milieu sportif pour les jeunes, qui se situe entre la promotion de la santé et la prévention. Parrainé par l’organisation faîtière Swiss Olympic et l’Office fédéral de la santé (OFSP), son objectif est d’aider les responsables, comme les entraîneurs du milieu associatif, encourager les compétences psychosociales des jeunes, identifier précocement des dérives dangereuses et réagir correctement.

Les professionnels peuvent trouver ainsi en ligne sur le site web et l’application « cool and clean » des informations sur différentes thématiques (alcool, tabac, fair-play, etc.) et des jeux pédagogiques. Ceux-ci permettent d’aborder la santé globale. Les professionnels peuvent y trouver un thème qu’ils trouvent intéressant de travailler avec les jeunes. Cela leur donne des informations et des moyens de l’expérimenter.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

Pour les jeunes sportifs, l’entraîneur représente un modèle. Il se doit alors de montrer l’exemple et de favoriser un environnement sportif sain pour ces jeunes joueurs.

L’expérimentation par des jeux permet aux jeunes de prendre conscience de quelques enjeux autour de leur santé. Ils peuvent ainsi agir par la suite en contexte, si nécessaire. Par exemple, organiser un jeu une fois sans la règle de fair-play et une autre fois avec celle du fair-play leur montre l’intérêt collectif d’avoir un comportement respectueux. L’efficacité de cette démarche est qu’elle s’intègre dans l’univers du jeune (ex. le terrain de sport).

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

L’idée est de montrer les risques et les méfaits d’un mauvais comportement par le jeu. Une deuxième approche est d’agir en mettant sur pied dans le club des mesures structurelles. Par exemple, interdire la vente d’alcool proche d’un terrain de football et organiser des endroits pour fumeurs. Il y a aussi l’idée de mettre en avant le thème de l’exemplarité. Par exemple, demander aux parents de ne pas fumer au bord du terrain, pour ne pas banaliser l’usage du tabac.

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

Cette étape de la pyramide IP est du ressort de l’entraîneur. Si celui-ci a un doute, il peut appeler directement le délégué cantonal « cool and clean » qui est basé en Valais à Promotion santé Valais.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

Idem que la question précédente.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit-il entre communauté et professionnels ?

L’action se fait surtout au niveau du suivi du club sportif. Idéalement, il faudrait également intégrer les parents dans la démarche afin d’avoir une meilleure participation de leur part. Par exemple, pour la gestion des vestiaires, il est possible de produire un règlement et de le faire valider par eux-mêmes.

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

Elle est facilitée par des jeux provenant du web app. Promotion santé Valais procure aussi du matériel de prêt aux manifestations, des affiches informationnelles, des panneaux pour indiquer où il est possible de fumer, etc.

Information complémentaire

Site web www.promotionsantevalais.ch

coolandclean.ch

Personne de contact sebastien.blanchard@psvalais.ch
Document(s) à télécharger xxx

Résumé

Lieu Suisse | Genève
Organisme responsable Cycle des Colombières
Public-cible Jeunes
Setting Lieu de formation
Moyens Environnement favorable | Repérage
L’atelier « Esprit critique » est un outil pour développer l’esprit critique chez les jeunes. Historiquement, ce projet provient de l’inquiétude du Département de l’instruction publique sur la radicalisation de certains jeunes. La FASe a été contactée pour développer un projet afin de mieux outiller les jeunes face aux méthodes de manipulation.

Rapidement, l’accent uniquement mis sur la radicalisation est apparu comme étant réducteur et stigmatisant. Ainsi, il convient mieux de développer les compétences des jeunes en vue de renforcer leur esprit critique. En collaboration avec la FASe, il est ainsi organisé sur deux sessions de cours auprès de tous les élèves de 9ème, dans un lieu géré par le centre de loisirs, mais se trouvant sur le territoire du cycle de Colombières.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

Elle l’est par le développement de l’esprit critique. L’idée est de préparer les jeunes à ce qu’ils puissent lire ou voir de manière objective sur les réseaux sociaux. Savoir agir sur le flux d’information.

Dans cette perspective, des expériences sont menées à partir de trois articles. Les jeunes sont interrogés sur le sérieux du thème qui y est abordé. Ils cherchent par groupe et partagent ensuite leur expérience. Puis, ils prennent une décision commune. Ensuite, un porte-parole du groupe présente à tout le monde leur réflexion. Les professionnels ne jugent pas leur réponse. Ils expliquent plutôt comment quels outils permettent de déjouer des manipulations.

L’atelier est constitué également d’un débat en mouvement. Cela permet de changer d’avis à tout moment, en s’identifiant à trois groupes ayant trois opinions différentes. Il y a ceux-ci qui pensent que l’information est « vrai » ou « fausse » ou qui sont « sans avis ». Cet exercice est intéressant pour les jeunes, car il leur montre l’effet du groupe (des pairs) sur leur décision.

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

La philosophie des petits pas est très utile. On sensibilise le jeune afin qu’il s’en souvienne plus tard, dans l’idée de « marquer » les esprits ». Cela permet d’enclencher un processus.

Pour réduire les risques, il est important également que d’autres acteurs concernés soient impliqués comme les parents ou le maître principal. Par ailleurs, les jeunes sont encouragés à parler en famille de l’atelier « Esprit critique ».

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

Dans les cycles d’orientation, un signe de vulnérabilité peut être de l’absentéisme. Dans ce cas, les enseignants alertent les doyens. Puis, les doyen·ne·s et l’équipe médico-psycho-sociale en discutent ensemble lors de rencontres hebdomadaires. L’objectif est de comprendre l’absence de l’élève, de définir des stratégies d’action et de décider qui s’occupe de quoi. Ainsi, les membres de l’équipe MPS peuvent rencontrer l’élève, tout en associant les parents à la démarche.

L’activité en groupe permet également d’observer si un élève est isolé dans son groupe classe ou encore si un élève subit les moqueries de la part de certains élèves.

Par ailleurs, entre les professionnels, l’interface entre les doyens et l’équipe médico-psycho-sociale fonctionne bien.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

Il n’y a pas de phase d’évaluation prévue. L’idée est davantage que les enseignants puissent évoquer à nouveau les éléments abordés pendant l’atelier. Ainsi, le « témoin » est transmis au maître de classe. Les thèmes évoqués dans l’atelier feront échos aux sujets abordés dans les cours d’éducation aux médias et d’informatique dont les élèves bénéficient au cours des 3 ans du cycle d’orientation.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit-il entre communauté et professionnels ?

Les élèves sont encouragés à remettre à leurs parents des documents reçus lors de l’atelier. Le but est d’encourager le dialogue autour de cette thématique au sein des familles. Il est aussi possible pour des parents d’identifier et de contacter les conseillers sociaux lors de réunions de parents. Ce lien avec la communauté se fait également avec d’autres acteurs lors de co-animation, comme les centres de loisirs des communes et les travailleurs sociaux hors murs du secteur.

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

Chaque outil employé dans le module engendre de l’interaction. Par exemple, les maîtres de classe peuvent participer à l’atelier. Il y a également divers supports : ex. des photographies, des films ou des PowerPoint. Le débat en mouvement est aussi un moyen pour les jeunes de s’affirmer et de se dissocier de l’avis d’un ami.

Information complémentaire

Site web https://edu.ge.ch/secondaire1/co/colombieres
Personne de contact Lionel Chassot / lionel.chassagnot@etat.ge.ch
Document(s) à télécharger PowerPoint « Atelier Esprit critique ».
Close Menu