L’état de santé

L’état de santé des individus est la résultante de facteurs individuels (caractéristiques individuelles) et structurels (milieux de vie, systèmes, contexte)

  • Replacer l’individu sur la carte des déterminants sociaux de la santé (carte DSS) nous aide à comprendre qu’une action visant exclusivement les caractéristiques individuelles ou, au contraire, les structures, ne saurait garantir un bon état de santé.
  • On comprend également qu’une action efficace devrait s’attacher à modifier – à la fois – les facteurs individuels (caractéristiques individuelles) et structurels (milieux de vie, systèmes, contexte)

Les personnes/institutions-relais

La démarche IP s’adresse à des personnes en situation de vulnérabilité (déséquilibre entre facteurs de protection et facteurs de risques). Pour pouvoir les atteindre l’IP doit s’appuyer sur des personnes/institutions-relais en contact avec celles-ci (proches, collègues, professionnels en contact dans le cadre de leur travail, etc.).

  • Si potentiellement de nombreuses personnes et/ou institutions sont susceptibles d’intégrer la démarche, celles qui se situent dans les Milieux de vie sont particulièrement intéressantes car, naturellement, elles entretiennent des contacts plus fréquents et plus nombreux que les organismes spécialisés.
  • Du fait de sa très vaste utilisation, Internet est également un terrain potentiellement intéressant
  • Les organismes spécialisés ont également un rôle à jouer

Les Milieux de vie constituent le territoire privilégié de l’IP

.
Parmi les acteurs concernés il est possible de différencier les personnes (famille, proches) des institutions.
Les proches sont souvent les premiers à repérer un problème et à apporter leur aide.

  • Ce soutien informel est dans la plupart des cas suffisant et adapté à un individu dont la situation propre ne requiert pas une intervention plus lourde.
  • Leur tâche peut être facilitée par la mise à disposition d’information pertinente sur les produits et les conduites addictives.

Si elles sont préparées, les institutions (écoles, EMS, entreprises, etc.) sont les plus à même à jouer un rôle en matière d’IP.

  • L’existence de règles, et la mise en œuvre de procédures adéquates, sont des prérequis indispensables.
  • De nombreux guides thématiques, et un appui de la part de spécialistes en addiction, peuvent faciliter la mise en place d’une stratégie IP en leur sein.
Lieu Suisse | Valais
Organisme responsable PSV | Promotion santé Valais
Public-cible Jeunes
Setting Lieu de formation
Moyens Environnement favorable

Résumé

L’Escape Addict est un outil de prévention des addictions au secondaire I (11-15 ans), bilingue et innovant, s’inspirant des « escape room » en vogue aujourd’hui. L’intervention se déroule pendant 1h30.

Dans l’atmosphère d’une véritable escape room, les élèves sont « barricadé·e·s » dans leur salle de classe. Pour en sortir ? Une seule solution : relever en équipe les différents défis qui se présentent à elles et eux et ainsi parvenir à déchiffrer tous ensemble l’énigme qui renferme la clé de leur évasion.

Le projet s’appuie sur les nouvelles technologies. Grâce à la « gamification », les élèves utilisent les dimensions attractives et technologiques du jeu pour faire de la prévention multi-addictions. L’Escape Addict se donne pour objectif de susciter une réflexion sur différentes substances, consommations et addictions grâce à une approche de prévention expérientielle qui fera vivre aux élèves des situations qu’ils/elles* rencontrent ou qu’ils risquent de rencontrer dans leur quotidien, telles que la prise de risque ou l’influence des pairs, des médias et des réseaux sociaux.

L’Escape Addict se déroule sur deux périodes de cours consécutives (1h30). L’intervention est animée par des professionnel·le·s formé·e·s aux techniques d’animation et aux thématiques du domaine des addictions. Des groupes de trois ou quatre élèves sont constitués afin de résoudre quatre enquêtes. A leur résolution, les élèves obtiennent un indice qu’ils réunissent pour trouver la solution finale qui leur permettra de sortir de la classe bloquée symboliquement.

Après 1h15 de jeu, il y a un débriefing de 15 à 20 minutes. Cela permet d’avoir une discussion et de faire une mise en commun autour de ce moment ludique et instructif, de s’assurer de la bonne appropriation par les élèves des messages de prévention ainsi que de répondre aux questions et d’informer les élèves des aides existantes.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

L’Escape Addict est un outil qui a pour objectif d’augmenter les compétences psychosociales des jeunes. Le but est de leur donner les outils nécessaires pour faire face au quotidien, dans une perspective de « prévention événementielle ». Les énigmes sont construites autour de 5 axes : 1) l’esprit critique ; 2) la prise de risque ; 3) l’acquisition de connaissances ; 4) l’influence des pairs ; 5) du plaisir à l’addiction.

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

Le développement des compétences psychosociales donne des outils pour savoir dire non aux substances dans certaines circonstances, connaître les risques des consommations festives ou abusives et avoir les compétences pour résister aux sources d’influence.

Des soirées d’informations peuvent également être organisées afin que les enseignant·e·s ou les parents d’élèves expérimentent l’Escape Addict et se rendent ainsi compte de l’expérience vécue par les jeunes

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

Les professionnel·le·s de PSV se mettent toujours à disposition pour des discussions ou des questions après l’intervention en classe. Cela arrive que des personnes viennent leur parler, comme un jeune lui-même, des enseignant·e·s ou des médiateurs·trices. PSV se charge de faire le lien entre les différents acteurs, notamment en les orientant vers Addiction Valais par exemple.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

Il n’y a pas d’évaluation de la situation des personnes dans le cadre du projet.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit il entre communauté et professionnels ?

Pas de réponse.¨

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

L’intervention en classe via l’outil Escape Addict permet l’échange et l’interaction.

Information complémentaire

Site web www.escape-addict.ch
Personne de contact Sophie Cottagnoud – sophie.cottagnoud@psvalais.ch
Document(s) à télécharger Espace-addict-concept2020

Close Menu