Espace Jeunes consommateurs (EJC)

Résumé

Lieu Suisse | Genève
Organisme responsable FEGPA – Fédération genevoise pour la prévention de l’alcoolisme et cannabis | Carrefour addictionS
Public-cible Jeunes
Setting Famille Lieu de formation
Moyens Repérage | Évaluation |
La FEGPA travaille depuis plusieurs années sur le concept d’intervention précoce. Pour les deux premiers niveaux (promotion de la santé et repérage), ses interventions dans les collectivités ont été évaluées très positivement. Mais il n’y a pas une évolution significative des jeunes entrant dans une démarche d’évaluation ou une prise en charge.

L’objectif de l’EJC est d’offrir aux jeunes concernés un espace spécifique pour envisager des démarches relatives à leurs consommations. Il propose un soutien précoce. L’EJC vise à favoriser un bilan de la consommation, une prise de conscience et une réduction des délais entre les premiers signes de consommations et des réponses adaptées.

L’EJC propose également aux parents un soutien et de réfléchir à des postures appropriées et des solutions acceptables.

La rencontre avec le jeune a lieu dans les locaux de Carrefour addictionS ou dans un autre lieu. Ce dernier est choisi pour faciliter et favoriser la rencontre selon les possibilités du jeune.

Si le rendez-vous peut être pris librement par le jeune, force est de constater que les acteurs de première ligne (parents, travailleurs sociaux, professionnels du domaine du scolaire…) initient majoritairement les premiers rendez-vous. Dans ce cas, les jeunes sont souvent contraints de venir à l’EJC.

Il est important que la rencontre proposée aux jeunes ne soit pas comprise comme une consultation. En effet, les jeunes consommateurs ne s’identifient pas à des personnes malades et par là même contestent d’être orientés vers un dispositif médical. L’approche motivationnelle est privilégiée et vise à ce que le jeune s’occupe de sa consommation.

Les liens collaboratifs avec le ou les acteurs qui ont activé la rencontre sont maintenus et favorisés.

Survol du projet

Capacité d’agir

Comment la capacité d’agir est-elle renforcée par le projet ?

La méthode de l’approche motivationnelle est efficace à ce titre. L’usager est le moteur de l’entretien. Dans cette démarche exigeante, mais non directive, l’usager choisit ses objectifs de changement. Il formule ses solutions ; l’EJC lui apporte un soutien, des informations, des conseils. L’intérêt pour une prise en charge est accompagné :

  • les proches sont associés,
  • les acteurs « référents » sont associés,
  • la démarche est relayée par l’EJC ou les acteurs « référents ».

Des campagnes de promotion ciblent un large panel de professionnels identifiés comme des acteurs de première ligne. Dans la mesure du possible, la présentation personnalisée de l’EJC dans chaque structure est privilégiée. Elle permet de personnaliser les échanges, de considérer des formes de collaboration sur mesure, voire d’envisager des ajustements personnalisés.

Risques et méfaits

Comment les risques/méfaits sont-ils réduits par le projet ?

Notre démarche est préventive. L’EJC s’adresse aux moins de 25 ans concernés par des consommations abusives ou précoces d’alcool et/ou de cannabis. Pour certains, les consommations perturbent ou pourraient péjorer leurs projets de vie. Il est préférable d’intervenir précocement à un moment où l’on peut renforcer les facteurs de protection du jeune et de son environnement. Il est aussi important de réduire les risques et les méfaits relatifs aux comportements de consommations.

Les jeunes sont rarement volontaires pour une démarche qui les amène à « examiner » leurs consommations ; ils estiment ne pas avoir besoin de recourir à une quelconque aide ou accompagnement. Aussi, les acteurs de première ligne restent les personnes qui constatent, repèrent des situations à risque et qui pourraient mobiliser les moyens d’action nécessaires. Mais les intervenant·e·s attendent souvent l’adhésion du jeune concerné ; et le jeune accepte rarement. L’alternative se situe alors dans la contrainte ou l’injonction.

Cette intervention sous contrainte permet de rencontrer des personnes qui n’auraient pas d’elles même demandé un suivi. Cela raccourcit les délais entre les premiers signes de consommation et la mise en œuvre de réponses adaptées. Dans les institutions, l’EJC peut être une alternative à une seule intervention répressive. La transgression devient par là même une opportunité pour, au minimum, évaluer la situation de consommation. C’est une porte d’entrée dans l’intervention précoce.

Repérage

Comment le repérage est-il mis en œuvre dans le cadre du projet ?

Dans le cadre de nos différentes activités et plus particulièrement dans l’accompagnement de l’élaboration de plan de mesures, nous constatons des difficultés pour les acteurs de première ligne à repérer des comportements de consommations à risque et surtout, un inconfort à traiter les situations qui interpellent.

Comment en parler ?

Le jeune ne facilite pas cette opération et montre opposition une naturelle. Il affirme son déni, disqualifie les informations exposées… ; il se débrouille pour « botter en touche ».

Afin de soutenir et de faciliter la tâche de ces acteurs et pour compléter les plans de mesures qui établissent des protocoles sur lesquels ils peuvent s’appuyer, la FEGPA propose une formation intitulée « aborder les consommations ». Elle permet de comprendre ce qu’est la prévention, ses différentes formes de construction et d’intervention tout en étant conscient des résultats que l’on peut attendre. Aborder par des jeux de rôles selon les situations de consommation rencontrées avec les jeunes favorise une introduction à l’intervention brève.

Évaluation

Comment la situation des personnes est-elle évaluée dans le cadre du projet ?

Dans le cadre de l’approche motivationnelle, il va s’agir d’explorer avec le jeune sa réalité de consommation (la conscience qu’il en a) et les changements qu’il désire envisager. L’intervenant va agir pour que l’usager développe ses propres arguments et motivations à changer ; qu’il soit à même d’évaluer sa situation.

Interfaces

Comment le lien est-il fait entre la communauté et les professionnels dans le cadre du projet ? Quelle(s) interface(s) prévoit-il entre communauté et professionnels ?

L’accueil des parents est facilité. Un simple rendez-vous suffit ; pour certaines situations l’entretien se déroule au téléphone. Le site www.monado.ch permet également de nous solliciter par courriel. Il n’est pas nécessaire que le jeune, usager, soit présent, car il est souvent compliqué pour les parents de convaincre leur enfant de les accompagner.

Avec les parents, le soutien vise à une réflexion partagée favorisant le développement d’une posture soutenue par des stratégies à expérimenter. L’approche multidimensionnelle permet de prendre en compte l’ensemble des acteurs partageant l’environnement familial et d’envisager un soutien global (usager, proches, fratrie) ; tout le monde est concerné. Donc divers soutiens peuvent être envisagés pour chaque acteur de la situation. Ainsi, l’orientation du jeune vers une prise en charge spécifique (structures de soin) est à envisager dans une dimension multidimensionnelle associant les proches de l’usager ; il n’est pas le seul concerné.

L’accompagnement du projet est réalisé dans le cadre d’un groupe de réflexion réunissant plusieurs types de partenaires de première ligne (TSHM, éducateurs de structures d’accueil de jeunes). Suite à l’élaboration de l’EJC, ce groupe de travail poursuit sa collaboration ce qui questionne tant leurs pratiques que les nôtres.

Outils/méthodes

Quels outils et/méthodes sont utilisés dans le cadre du projet afin de faciliter l’interaction entre les acteurs ?

Dans le cadre du développement de plan d’action IP (démarches participatives dans l’institution), la prestation EJC est systématiquement présentée et très souvent intégrée dans le plan de mesures. Enfin, nous proposons des formations « aborder les consommations » aux multiplicateurs (TSHM, AS…). L’EJC y est explicitée et s’inscrit comme un outil utile aux acteurs qui souhaitent développer des compétences pour accompagner les personnes concernées et leur proposer une ressource personnalisée.

Information complémentaire

Site web www.carrefouraddictions.ch/ejc/
Personne de contact info@fegpa.ch
Document(s) à télécharger xxx

Laisser un commentaire

Close Menu